Accueil > Découvrir le diocèse > Secteurs, paroisses, jumelages > Actualités > une messe pour la paix organisée par l’Eglise catholique du Congo

une messe pour la paix organisée par l’Eglise catholique du Congo

lundi 6 juin 2016

Il y a exactement dix-huit ans qu’avait commencé la guerre civile au Congo dite du "5 juin 1997" avec son lot de pertes en matériel et en vies humaines.

Pour commémorer ce triste évènement, l’Eglise catholique du Congo a organisé le vendredi 5 juin dernier, une messe pour la paix en présence du couple présidentiel, à la place Mariale de la Cathédrale Sacré Cœur de Brazzaville, pour implorer la miséricorde de Dieu qui doit empêcher le pays de se replonger dans le cycle de violence aveugle.

L’atmosphère politique délétère qui caractérise actuellement le pays entretenue par le débat sur le changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002, est entre autres, éléments justificatifs de cette messe pour la paix.

Dans son homélie, l’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou a tenu à préciser aux responsables politiques, administratifs, religieux et aux chrétiens présents à cette cérémonie que « la célébration eucharistique de ce jour s’inscrivait dans le cadre de la croisade de prières pour la paix que l’Eglise catholique du Congo a initiée depuis plus d’ un mois dans ses différents temples ».

L’objectif, a-t-il dit, est de créer des conditions morales et psychologiques qui tendent à la consolidation de la paix, de la concorde nationale et du renforcement de la justice. Par les prières, a-t-il insisté, les congolais devraient parvenir à planter l’amour dans les cœurs des uns et des autres pour éviter que le pays bascule à nouveau dans la spirale de la violence dont les effets, a-t-il dit, sont toujours néfastes pour la société.

Mgr Anatole Milandou a invité les congolais, de toute obédience politique et religieuse, à la reconversion tout en relevant que se reconvertir est un processus de longue haleine. Mais, avec l’intervention de Dieu par les prières d’amour, a-t-il renchéri, on y parviendra toujours. Par ailleurs, l’orateur a exhorté les hommes politiques, les chrétiens et autres forces vives de la nation à privilégier le dialogue.

« Entre l’indifférence égoïste et la contestation violente, il y a une opinion toujours possible : le dialogue », a-t-il déclaré avant de rappeler qu’en tant qu’africains, les congolais ne doivent pas oublier que certaines valeurs comme le dialogue, la tolérance et l’acceptation de la différence ont toujours caractérisé les sociétés africaines. Il a insisté sur l’amour du prochain et la capacité pour un homme de revenir sur ses pas lorsqu’il constate s’être trompé de chemin.

Selon Mgr Milandou, le sage construit sa maison sur le roc et l’insensé place la sienne sur le sable. Au moindre vent, a-t-il expliqué, la maison de l’insensé est facilement emportée. Ainsi, a-t-il ajouté : « Nous devons bâtir notre pays sur le roc de la paix, de la concorde nationale et de la justice ». C’est pourquoi, a-t-il dit à l’assistance que parvenir à réconcilier un pays et à consolider la paix est une entreprise à réaliser ensemble et non de façon isolée.

Notons que le couple présidentiel a fait don de la statue de la vièrege Marie à la Cathédrale Sacré Cœur de Brazzaville, avant de lâcher des pigeons de couleur blanche, symboles de la paix.

Répondre à cet article