Accueil > Célébrer > Sacrements > Onction des malades

Onction des malades

vendredi 11 avril 2014

L’évangile est truffé de scènes où des malades s’approchent de Jésus, et Jésus les guérit, tout en leur pardonnant leurs péchés. Pour accomplir son œuvre de salut, Jésus a voulu délivrer l’homme de tout mal, quelles que soient les modalités sous lesquelles ce mal se manifeste : physique, moral ou spirituel. Lui-même a été soumis à la souffrance et à la mort, et, mystérieusement, la souffrance et la mort sont devenus des lieux de communion avec le Christ souffrant, le Christ sauveur.
L’onction des malades n’est pas le sacrement des mourants : ceux-ci ont droit au "viatique " (cf. ce qui en est dit au chapitre de l’Eucharistie), l’onction des malades est le sacrement adapté à tous ceux qui sont atteints d’une maladie grave, à tous ceux dont la santé commence à être sérieusement atteinte par la maladie ou la vieillesse. Il peut être reçu, par exemple, à la veille d’une opération chirurgicale importante et risquée.
C’est dans l’épître de saint Jacques que l’on trouve cette consigne : "Si l’un de vous est dans la souffrance, qu’il prie ; si quelqu’un est dans la joie, qu’il chante le Seigneur. Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Église la fonction d’Anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. " (Jc 5, 14-15).

  • Signe de la tendresse de Dieu pour le malade

La grâce première du sacrement est une grâce de réconfort, de paix et de courage. En faisant une onction d’huile sainte sur le front et les mains du malade, après lui avoir imposé les mains, le prêtre lui dit : "Par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. "
Le sacrement accorde aussi le pardon des péchés si le malade n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de la Pénitence ; le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel. Et si le sacrement est reçu au seuil de la mort, il prépare le cœur au passage à la vie éternelle.

  • Accueil individuel ou célébration communautaire

Tout comme l’huile des catéchumènes et le Saint Chrême, l’huile des malades a été bénite par l’Évêque au cours de la Messe Chrismale du Jeudi Saint : cela montre bien que le malade est soutenu par la sollicitude et la prière de toute l’Église.
Le sacrement de l’onction des malades est célébré par un prêtre. On peut conférer ce sacrement à un malade individuellement : cela a lieu chez lui, entouré de quelques membres de sa famille, ou sur son lit d’hôpital ; on peut aussi organiser une célébration communautaire de l’Onction des malades.
Il ne faut surtout pas attendre le dernier moment pour demander à recevoir ce sacrement ! C’est le Christ lui-même qui vient visiter le malade et lui donner la force de son Esprit Saint, et le malade a droit à ce réconfort.

1 Message

Répondre à cet article